Accueil À voir Auprès de mon arbre, se trouve … une artiste !
À voirWebzine

Auprès de mon arbre, se trouve … une artiste !

Le vernissage de l’exposition à la Villa Bedat, mardi 9 novembre 2021, a été pour nous l’opportunité de croiser Nathalie Javaloyès.

On y a forcément vu l’occasion de découvrir son univers artistique, ses influences et sa manière de travailler. Cette artiste nous dévoile alors un monde figuratif, empreint de fragilité et de douceur.

Ses sculptures lui ressemblent. Elle ressemble à ses sculptures.

Le bois, cette matière aux infinies possibilités, se transforme sous ses doigts de fée en une dentelle aussi délicate que précieuse.

Du bois local, chiné au détour de ballades ou d’opportunités, qu’elle métamorphose en œuvres contemporaines.

Rencontre avec une artiste sensible aux créations baignées de mystère…

Sculpture de Nathalie Javaloyès, exposée à la Villa Bedat
Sculpture de Nathalie Javaloyès, exposée à la Villa Bedat

 

L’interview de Nathalie Javaloyès !

Hélène du Pôle Culture (H): Comment est née votre vocation d’artiste ?

Nathalie Javaloyès (N.J.) : Au départ, il y a toujours eu un désir de travailler le bois, très jeune. J’ai même formulé ça d’un point de vue professionnel : je voulais être ébéniste. Mais à l’époque, cela ne se faisait pas trop. Les filières bois, ouvertes aux femmes, n’étaient pas faciles d’accès.
Et puis… la vie a fait que ! Mais l’envie était toujours présente, donc à un moment donné je me suis dit qu’il fallait y aller. J’ai rencontré des gens qui travaillaient le bois. J’ai passé des portes d’ateliers, le bois, la pierre, la terre…Et j’ai appris comme ça, je me suis formée.
J’ai eu une chance sur ma route. J’ai rencontré un tourneur, installé en vallée d’Ossau, qui faisait du tournage sur bois. C’était un moment où le tournage sur bois explosait. J’ai très vite été immergée dans un monde, ça s’appelait “Les rencontres mondiales du tournage sur bois”. Il y avait une très belle énergie de partage, de mise en commun, de collectif … Et ce qui m’a plu, c’est la création. Je trouvais ça fabuleux, parce que la base elle est “tournée” mais ça offrait un espace de création qui était fantastique. Donc je suis rentrée chez moi, j’ai acheté un tour et je me suis formée… Sauf que moi, la création à travers le tour, je n’y arrivais pas ! Donc j’ai un peu laissé tomber le tournage. Je n’ai gardé qu’un objet, par affect, le cadran solaire en buis.
Et puis j’ai développé. J’ai fait ma patte, j’ai trouvé mon écriture. Maintenant, j’ose dire que je suis autodidacte, ce qui n’est pas facile !

H : C’est une fierté pour vous ?

N.J. : Oui ! Parce que l’on ne se l’autorise pas trop ! Et ce qui me permet de dire ça aujourd’hui, c’est que ça fait quelques années que je travaille la matière, et il y a même des professionnels du bois qui s’interrogent sur le comment je fais ! Et ça c’est super ! Finalement en n’étant pas passée par une école, je me suis autorisée des choses que je n’aurai peut être pas tenté si j’avais été formaté ! On aime ou on aime pas, mais c’est là !

Sculpture de Nathalie Javaloyès, exposée à la Villa Bedat
Sculpture de Nathalie Javaloyès, exposée à la Villa Bedat

 

H : Pouvez-vous me dire quelles sont vos inspirations artistiques, vos influences ?

N.J. : J’aime beaucoup ce qui est contemporain. Ce qui est suggéré. C’est assez brut tout en étant travaillé. C’est toujours ce mélange du brut et du raffiné, du plein et du vide, que je cherche à écrire dans ce que je fais.

H. : Quel est votre rapport aux thèmes qui ressort dans vos œuvres ? Est ce qu’il y a un rapport à l’enfance ? Aux voyages que vous avez fait ?

N.J. : Alors, je pense … J’habite en face du Pic d’Ossau, je le vois tous les jours depuis ma maison. J’habite une maison en bois, mais j’ai toujours dit que je finirai ma vie sur un bateau et je suis très très en lien avec l’élément “eau” et ça c’est mon histoire personnelle. Et ça ressort dans mon travail de création. Je crois.

H. : D’où travaillez-vous ?

N.J. : Dans mon atelier. Ma maison repose sur mon atelier ! Un petit atelier. “Bric-broc-bois”; Pas beaucoup d’outillages. Et tout se passe là!

Sculpture de Nathalie Javaloyès, exposée à la Villa Bedat
Sculpture de Nathalie Javaloyès, exposée à la Villa Bedat

 

H. : Est ce que cela vous arrive, si vous partez par exemple en week-end, de travailler en extérieur ?

N.J. : Alors oui, j’ai toujours un œil. Il y a toujours quelque chose qui va me nourrir. J’ai un regard sur la forme, sur la matière.

H. : Est ce que vous avez un projet en cours ?

N.J. : Oui ! Je vais avoir la possibilité, suite à une rencontre, de travailler avec un tailleur de pierres et un céramiste, sur une sculpture commune qui serait un grand volume en pierres. L’année dernière j’ai eu également la chance de faire la rencontre de Jean Capdevielle, un monsieur du coin, avec qui on a fait une écriture à quatre mains sur des très très grands volumes. Et là c’est pareil. Une autre rencontre et l’envie de travailler sur une pièce à trois !

H. : Le travail à plusieurs ne doit pas du tout être le même puisque, par essence, votre travail est solitaire ?

N.J. : Complètement ! La contrainte, s’accorder avec les autres, se mettre en relation avec le travail de chacun : j’adore ! De toute façon, ce qui me plait, c’est le collectif !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Nous tenons à remercier Nathalie d’avoir bien voulu partager avec nous ce moment intimiste.

Il n’est pas toujours évident de se dévoiler, de parler de soi. Pourtant, malgré une certaine pudeur et une humilité palpable, nous avons eu la chance de partager un joli moment de confidences. Un échange toujours précieux tant il nous aide à porter un regard différent sur les œuvres.

N’hésitez pas à pousser la porte de la Villa Bedat pour découvrir une exposition contemporaine, tout en charme, en place jusqu’au samedi 29 janvier 2022.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous suggérons également ...

DossierWebzine

Quand les Jeux Olympiques rimaient avec fantaisie : retour sur des épreuves oubliées

De nombreuses disciplines ont été proposées au fil du temps dans le...

BrèvesWebzine

Une saga sportive riche en rebondissement !

L’histoire sportive d’Oloron Sainte-Marie est marquée par une quête constante d’infrastructures adaptées...

Coups de coeurWebzine

Arette : La flamme olympique fait des étincelles dans le cœur des villageois !

Ce lundi 20 mai 2024, le village d’Arette, niché au cœur des...

DossierWebzine

Le siècle d’or des patronages : d’une nécessité sociale à une aventure collective !

Club, fédération, association ou encore union sportive… sont des termes bien connus...