Accueil Dossier Quand les Jeux Olympiques rimaient avec fantaisie : retour sur des épreuves oubliées
DossierWebzine

Quand les Jeux Olympiques rimaient avec fantaisie : retour sur des épreuves oubliées

De nombreuses disciplines ont été proposées au fil du temps dans le cadre des jeux olympiques, avec plus ou moins de succès.

Parmi elles, on peut citer l’éphémère apparition d’un sport bien connu sur notre territoire, la pelote basque ! Lors des jeux olympiques de Paris, en 1900, seules les équipes de France et d’Espagne ont répondu présentes… Ce qui ne donna donc lieu qu’à une seule partie, gagnée par les espagnols, qui peuvent donc se targuer d’être les seuls champions olympiques de pelote de l’Histoire.

Abadiano et Elicegui (espagnols)
Chiquito de Cambo et Aspeteguy (français)

D’autres tentatives de faire découvrir cette discipline eurent lieu au fil des ans, mais uniquement lors de démonstrations.

Dans la même thématique, le jeu de « raquettes », cousin du squash, n’a pas non plus remporté un grand succès lors des JO de 1908 : seuls 7 participants, tous anglais, se sont affrontés. Et encore… Edmund Bury et Cecil Browning se sont hissés en finale sans jouer un seul match !

L’année 1900 fut particulièrement riche en propositions décalées, avec notamment une reposante épreuve de pêche à la ligne, et une très étonnante compétition de tir au pigeon : un véritable massacre de volatiles, avec plus de 300 pigeons tués, et disons-le, du sang et des plumes sur les terrains qui ne furent pas du plus bel effet.

Seul point positif, ce fut la seule fois où des animaux furent tués (volontairement) dans le cadre des JO. Ayons tout de même une pensée pour les colombes lâchées lors de la cérémonie d’ouverture des jeux de Séoul en 1988… qui partirent directement dans la flamme olympique au moment de son allumage.

Certaines disciplines ont sans doute été retirées par manque d’engouement de la part du public. Le duel au pistolet face à un mannequin en redingote, n’était pas particulièrement surprenant, tout comme la nage sous l’eau dont le but était de nager le plus lentement et le plus loin possible. Quant à la compétition de croquet proposée lors de jeux de 1900 (décidément), elle n’attira qu’un unique spectateur.

Enfin, et pour terminer sur un sport très apprécié localement, notons qu’une légende tenace raconte que le rugby fut supprimé des épreuves olympiques en 1924, suite à une finale entre les Etats-Unis et la France jugée particulièrement violente ! En réalité, c’est surtout parmi les spectateurs que l’ambiance aurait été électrique, les supporters français n’appréciant guère la sévère défaite de 17 à 3 face aux amis de l’Oncle Sam.

“1924 : la baston de Colombes condamne le rugby olympique” Libération

L’explication de la disparition du ballon ovale au sein des Jeux Olympiques est plutôt due au départ à la retraite de Pierre de Coubertin en 1925. Le fondateur des jeux modernes était le plus fervent défenseur du rugby. Nelson Paillou, amoureux de la vallée de Barétous, aurait peut-être pu militer lui aussi pour le retour de ces sports !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous vous suggérons également ...

BrèvesWebzine

Une saga sportive riche en rebondissement !

L’histoire sportive d’Oloron Sainte-Marie est marquée par une quête constante d’infrastructures adaptées...

Coups de coeurWebzine

Arette : La flamme olympique fait des étincelles dans le cœur des villageois !

Ce lundi 20 mai 2024, le village d’Arette, niché au cœur des...

DossierWebzine

Le siècle d’or des patronages : d’une nécessité sociale à une aventure collective !

Club, fédération, association ou encore union sportive… sont des termes bien connus...

Coups de coeurWebzine

Souvenir d’une fête de la gymnastique en 1915 à Oloron Sainte-Marie

Un bien joli petit film muet que l’on doit à Monsieur François...